Une étude de phase 3, randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo et multicentrique comparant le niraparib plus le pembrolizumab au placebo plus le pembrolizumab comme traitement d'entretien chez les participants dont la maladie est restée stable ou qui ont répondu à la chimiothérapie de première ligne à base de platine avec le pembrolizumab pour le stade IIIB ou IV Cancer du poumon non à petites cellules

Essai clinique

Type : Industriel
Statut : Ouvert
Phase : III
Étape du traitement : Thérapie ciblée
Étape de prise en charge : Entretien
Date d'ouverture : 26/10/2020
Date clôture : 28/10/2024
Promoteur : GSK
Progression du cancer: Loco-régional
Résumé :

Il s'agit d'une étude multicentrique, randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo comparant le niraparib plus pembrolizumab à un placebo plus pembrolizumab comme traitement d'entretien chez des participants atteints d'un cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) de stade IIIB ou IV (histologie épidermoïde et non épidermoïde). ) qui ont obtenu une maladie stable (SD), une réponse partielle (RP) ou une réponse complète (RC) à la fin de la chimiothérapie d'induction de première intention à base de platine avec pembrolizumab. Les participants éligibles seront randomisés pour recevoir du niraparib plus du pembrolizumab ou un placebo plus du pembrolizumab comme traitement d'entretien. Les principales hypothèses de l'étude sont que les participants avec un diagnostic confirmé de NSCLC pourraient bénéficier du niraparib plus pembrolizumab par rapport au placebo plus pembrolizumab en ce qui concerne la survie sans progression (PFS) et la survie globale (OS).

BRAS DE L'ÉTUDE :
- Expérimental : Participants recevant du niraparib plus du pembrolizumab
Les participants recevront du pembrolizumab à une dose de 200 milligrammes (mg) via une perfusion intraveineuse de 30 minutes le jour 1 de chaque cycle de traitement (chaque cycle de 21 jours). Le niraparib sera administré par voie orale une fois par jour, en continu tout au long du cycle de 21 jours à partir du Cycle 1 (Jour 1).

- Comparateur Placebo : Participants recevant un placebo plus pembrolizumab
Les participants recevront du pembrolizumab à une dose de 200 mg via une perfusion intraveineuse de 30 minutes le jour 1 de chaque cycle de traitement (chaque cycle de 21 jours). Le placebo sera administré par voie orale une fois par jour, en continu tout au long du cycle de 21 jours à partir du cycle 1 (Jour 1).


OBJECTIF PRINCIPAL:
-Comparer la SSP telle qu'évaluée par le BICR en utilisant RECIST v1.1 du niraparib plus pembrolizumab versus placebo plus pembrolizumab comme traitement d'entretien -Comparer la
SG du niraparib plus pembrolizumab versus placebo plus pembrolizumab comme traitement d'entretien le SNC tel qu'évalué par le BICR à l'aide des critères RANO-BM -Évaluer la SSP telle qu'évaluée par l'investigateur à l'aide de RECIST v1.1 % versus >1%) -Évaluer et comparer le TTD, défini comme le temps entre la randomisation et la détérioration significative sur un critère composite de dyspnée, de douleur thoracique et de toux, à partir de l'EORTC QLQ-LC13

-Évaluer les changements par rapport à la ligne de base de la HRQoL et des symptômes tels qu'évalués par les scores totaux et de domaine EORTC QLQ-C30 et EORTC QLQ-LC13 -Évaluer la sécurité et la tolérabilité chez les participants traités par niraparib plus pembrolizumab par rapport au placebo plus pembrolizumab
PK du niraparib lorsqu'il est administré en association avec le pembrolizumab

Domaines/spécialités :
  • Cancers thoraciques respiratoires
    • Cancer bronchique non à petites cellules
    • Tumeurs neuro-endocrines pulmonaires
Pathologies :
  • Tumeur maligne des bronches et du poumon - Cim10 : C34
Liens externes :

Critères de population

Sexe : Homme et femme
Age minimum : 18 ans
Critères d’inclusion :

1. Les participants doivent avoir ≥ 18 ans.
2. Les participants doivent avoir un diagnostic histologiquement ou cytologiquement confirmé de NSCLC sans altération connue du conducteur ciblable (histologie non squameuse ou squameuse ; l'histologie mixte est autorisée).
3. Les participants doivent avoir un NSCLC avancé (stade IIIB ne se prêtant pas à une chimioradiothérapie définitive) ou métastatique (stade IV) tel que défini par la 8e édition du manuel de stadification de l'AJCC.
4. Les participants doivent avoir terminé au moins 4 mais pas plus de 6 cycles de chimiothérapie d'induction de première intention à base de platine avec pembrolizumab (selon la norme de soins définie par le NCCN et/ou les directives de pratique clinique de l'ESMO pour le NSCLC).
Remarque : Les participants peuvent être randomisés directement après avoir terminé la période d'induction ou, à la discrétion de l'investigateur, ils peuvent être randomisés dans les 6 semaines suivant la dernière dose de chimiothérapie. Si la période de récupération de 6 semaines est utilisée, le pembrolizumab, en l'absence de chimiothérapie, doit se poursuivre dans le cycle suivant immédiatement le dernier cycle d'induction et conformément aux instructions de prescription standard. Jusqu'à 7 semaines de récupération après la dernière dose de chimiothérapie peuvent être accordées sur approbation du commanditaire.
5. Les participants doivent avoir une SD, une RP ou une CR de leur NSCLC selon l'évaluation de l'investigateur après la fin de 4 à 6 cycles de pembrolizumab plus une chimiothérapie d'induction de première intention à base de platine.
Remarque : L'imagerie de base peut être effectuée dans le cadre de la période d'induction de première intention tant que l'imagerie se situe dans les 28 jours suivant la randomisation. Si l'imagerie de base tombe en dehors de cette fenêtre de 28 jours, une nouvelle imagerie sera nécessaire (TDM [préféré] ou IRM [si indiqué cliniquement] du thorax et de l'abdomen, et IRM [préféré ; TDM si IRM impossible] du SNC).
6. Les participants doivent avoir un statut de performance ECOG de 0 ou 1.
7. Les participants doivent avoir une espérance de vie d'au moins 12 semaines.
8. Les participants doivent avoir une fonction adéquate des organes et de la moelle osseuse définie comme
suit : Numération absolue des neutrophiles : ≥ 1 500/μL
Plaquettes : ≥100 000/μL
Hémoglobine : ≥9 g/dL ou 5,6 mmol/L
Créatinine sérique : <2 × LSN
Bilirubine totale : ≤ 1,5 × LSN (sauf chez les participants atteints du syndrome de Gilbert.
Participants atteints du syndrome de Gilbert : une bilirubine isolée
> 1,5 x LSN est acceptable si la bilirubine est fractionnée et la
bilirubine directe < 35 %)
ASAT et ALAT : ≤ 2,5 × LSN (sauf si des métastases hépatiques sont présents, auquel cas
ils doivent être ≤ 5 × LSN)
Remarque : Le test CBC doit être obtenu sans transfusion ni réception de facteurs de stimulation des colonies dans les 4 semaines précédant l'obtention de l'échantillon. Les participants atteints d'une maladie hépatique ou biliaire active actuelle sont exclus (à l'exception du syndrome de Gilbert ou des calculs biliaires asymptomatiques, des métastases hépatiques ou d'une autre maladie hépatique chronique stable selon l'
évaluation de l'investigateur).
9. Les participants doivent soumettre des échantillons de tumeurs FFPE, de préférence prélevés après avoir été diagnostiqués avec une maladie métastatique et avant de commencer le traitement d'induction (chimiothérapie ou radiothérapie) (c'est-à-dire, prélevés au moment du diagnostic d'un NSCLC avancé [stade IIIB] ou métastatique [stade 4]), provenant d'endroits non irradiés avant la biopsie. Un bloc de tissu ou des lames fraîchement coupées (minimum de 5 lames ; <30 jours à compter de la date de la coupe) sont acceptables.
10. Les participants présentant une toxicité de la thérapie d'induction doivent avoir récupéré au grade 1. (Un participant avec une neuropathie de grade 2 ou une alopécie de grade 2 est une exception à ce critère et peut être admissible à cette étude.)
11. Les participants doivent être capables d'avaler et de retenir traitement à l'étude administré par voie orale.
 

Critères d’exclusion :

1. Les participants sont atteints d'un cancer du poumon mixte à petites cellules ou d'un NSCLC variant sarcomatoïde.
2. Les participants ont déjà reçu un ou plusieurs inhibiteurs de PARP dans des lignes de traitement antérieures.
3. Les participants ont une TA systolique > 140 mmHg et/ou une TA diastolique > 90 mmHg.
4. Les participants présentent des anomalies gastro-intestinales cliniquement significatives susceptibles d'altérer l'absorption, telles qu'un syndrome de malabsorption ou une résection majeure de l'estomac et/ou des intestins.
5. Les participants ont une maladie leptoméningée, une méningite carcinomateuse, un BM symptomatique ou des signes radiologiques d'hémorragie du SNC.
Remarque : Les participants avec BM asymptomatique (c'est-à-dire sans corticostéroïdes et anticonvulsivants pendant au moins 7 jours) sont autorisés.
6. Les participants ont reçu des facteurs de stimulation des colonies (par exemple, facteur de stimulation des colonies de granulocytes macrophages ou érythropoïétine recombinante) dans les 4 semaines précédant la première dose du traitement à l'étude.
7. Les participants ont un trouble auto-immun ou inflammatoire actif ou déjà documenté, y compris :
a. Infection active
b. Diagnostic connu d'immunodéficience (y compris des antécédents connus d'immunodéficience humaine, de VIH ou d'infection) ou reçoit une corticothérapie systémique chronique (par exemple,> 30 jours) ou toute autre forme de thérapie immunosuppressive dans les 7 jours précédant la première dose de traitement à l'étude
c. Maladie auto-immune active qui a nécessité un traitement systémique au cours des 2 dernières années (c'est-à-dire avec l'utilisation d'agents modificateurs de la maladie, de corticostéroïdes ou de médicaments immunosuppresseurs). Le traitement substitutif (p. ex., thyroxine, insuline ou corticothérapie
substitutive physiologique pour l'insuffisance surrénalienne ou hypophysaire) n'est pas considéré comme une forme de traitement systémique.
ré. Antécédents de greffe d'organe
8. Les participants reçoivent des stéroïdes systémiques chroniques (prednisone > 20 mg par jour). Les participants asthmatiques nécessitant l'utilisation intermittente de bronchodilatateurs, de stéroïdes inhalés ou d'injections locales de stéroïdes ne seraient pas exclus de l'étude.
9. Les participants ont déjà participé ou participent actuellement à une étude de traitement d'un agent expérimental dans les 4 semaines suivant la première dose de traitement d'induction de première ligne précédant l'étude.
10. Les participants ont déjà reçu une chimiothérapie cytotoxique systémique (IV ou intrapéritonéale), une thérapie biologique (y compris un inhibiteur de point de contrôle) ou une hormonothérapie pour le cancer, ou ont reçu une radiothérapie thoracique de> 30 Gy dans les 6 mois suivant la première
dose du début du premier -thérapie d'induction en ligne.
11. Les participants ont reçu le vaccin vivant dans les 30 jours suivant le début prévu de la randomisation de l'étude.
12. Les participants ont une hypersensibilité connue aux composants du niraparib, du placebo ou du pembrolizumab ou de leurs excipients de formulation.
13. Les participants ont subi une intervention chirurgicale majeure dans les 4 semaines suivant le début de la première dose du traitement à l'étude ou n'ont pas récupéré des effets d'une intervention chirurgicale majeure.
14. Les participants ont d'autres tumeurs malignes concomitantes actives qui justifient un traitement systémique, biologique ou hormonal.
15. Les participants ont une maladie ou une affection concomitante cliniquement significative (telle qu'une anémie dépendante des transfusions ou une thrombocytopénie) qui pourrait interférer avec, ou pour laquelle le traitement pourrait interférer avec, la conduite de l'étude ou qui, de l'avis de l'investigateur , présentent un risque inacceptable pour les participants à cette étude.
16. Les participants ont une condition psychologique, familiale, sociologique ou géographique susceptible d'entraver le respect des exigences de l'étude et/ou des procédures de suivi. Ces conditions doivent être discutées avec les participants avant l'entrée dans l'étude.
17. Les participants présentent un risque médical élevé en raison d'un trouble médical grave et incontrôlé ; maladie systémique non maligne; ou infection active non maîtrisée. Les exemples incluent, mais sans s'y limiter, une arythmie ventriculaire non contrôlée, un infarctus du myocarde récent (dans les 90 jours), un trouble convulsif majeur non contrôlé, une compression instable de la moelle épinière, un syndrome de la veine cave supérieure, une coagulopathie active non contrôlée, un trouble hémorragique ou tout trouble psychiatrique qui interdit obtenir un consentement éclairé.
18. La participante est enceinte, allaite ou s'attend à concevoir des enfants pendant qu'elle reçoit le traitement de l'étude et/ou jusqu'à 180 jours après la dernière dose du traitement de l'étude.
19. Les participants ont la présence d'antigène de surface de l'hépatite B ou un résultat positif au test d'anticorps anti-hépatite C lors du dépistage ou dans les 3 mois précédant la première dose du traitement à l'étude. Pour les agents immunosuppresseurs puissants, les participants présentant la présence d'anticorps anti-hépatite B
doivent également être exclus.
20. Les participants ont des antécédents connus de SMD ou de LAM.

Centre d'investigation

En cours
Nom : ICANS
Ville : Strasbourg
RESPONSABLE MÉDICAL
Aucun responsable médical renseigné
CONTACT TECHNIQUE
Nom : Unité recherche clinique
Prénom : ICANS
Téléphone : Non disponible
Email : recherche-clinique@icans.eu

Référentiels Oncologik

Aucun référentiel n'est lié à cet essai.